Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ayrettesanseau.over-blog.com

Mouvement anti calcaire de la vallée du Jaur

Danger public

Publié le 2 Août 2013 par ayrettesanseau

Le Lundi 29 juillet 2013

Monsieur le Maire de Mons-La-Trivalle

Objet : dynamitage du barrage de l'Airette

Monsieur,

Le groupe local de l'association attac attire respectueusement votre attention sur une situation, des faits nouveaux, qui devraient, nous semble-t-il, motiver une réunion exceptionnelle du Conseil Municipal de la Commune de Mons-la-Trivalle pour se prononcer sur trois questions.

  1. Est-il acceptable de laisser circuler des ânes sur le sentier de Grande Randonnée qui va de Héric au Bourdils, sans informer les randonneurs qui les mènent de l'heure et du jour précis du dynamitage ? Le vendredi 26 juillet, trois personnes (M Herman de Vézènobres, M Lajus de Pau, Mme Vinsonneau de Montastruc-la-Conseillère) ont été témoins de la panique totale des ânesses. Le refuge des Bourdils n'a pu être atteint, les randonneurs sont revenus à Héric.
  2. Ce qui est appelé dans le jargon techniciste « mise en transparence » se traduit par la constitution d'une flaque de cinquante mètres de long sur dix mètres de profondeur où croupissent poissons, cadavres de bêtes victimes de l'effet de souffle et résidus organiques. L'entreprise Guintoli s'était engagée à vider complètement le barrage. « Pour aller plus vite, alors que nous avions le temps » aux dires des ouvriers, les deux pompes placées sur le parking du col de Cazagat n'ont pas effectué la totalité du travail. Sans jouer les Cassandres, un écoulement dans le Jaur interdira la baignade jusqu'à Cessenon et entrainera la fermeture de la pisciculture. Les minces filets en aval du barrage seront balayés (voir photos sur le site ayrettesanseau.over-blog.com /mouvement-anti-calcaire-de-la-vallée-du-Jaur en utilisant Google)
  3. Le creusement du fond du barrage pour y entasser les petits blocs de béton concassé se passe mal parce que la pelleteuse ne trouve pas le sol. L'épaisseur des sédiments, plus de six mètres, est supérieure à ce que les techniciens pensaient et les blocs ne sont pas fixés, mais seulement entassés sur un lit friable puis recouvert par un cache-misère. Le projet initial de reconstituer les flancs du torrent n'est plus crédible : les crues vont miner le sol sous les gravats et un barrage se reconstituera. Un bouchon qui peut lâcher sera alors en place. Vous pouvez compter sur EDF-Le Montahut pour assigner la commune en responsabilité. C'est plus cher, mais il faudrait évacuer les gravats.

A notre sens il y a des urgences que la période des vacances ne saurait différer. attac compte sur le sens de l'intérêt général des élus de Mons. L'association attac est disponible pour expliquer la situation devant le conseil et en réunion publique, y compris de façon contradictoire : en présence du représentant du syndicat des eaux, de la direction du territoire et de la mer de la préfecture et de l'entreprise. Si les « vrais » décideurs, Messieurs Jean Arcas, Pierre-René Teillaud ainsi qu’un responsable de l’association spa, société protectrice de la nature du pizenois ) étaient présents, ce serait bien entendu utile.

Veuillez agréer, monsieur, l'expression de notre parfaite considération.

 Danger public
Commenter cet article